PA140001 

J’ouvre mon courrier, et que vois-je : une invitation chez BMW Indigo pour essayer la dernière 1200 RT ! Moi qui aime essayer les bécanes, ça tombe bien, sauf que la 12RT, j’en n’ai pas envie, par contre la dernière 12GS j’aimerais bien ! Coup de Tél., j’explique le coup à Bruno, et le rendez-vous est pris.

Le matin, je me pointe chez Indigo, et après un café de bienvenue, Bruno me fait le descriptif de la bête, me rabaisse la selle, et chao good-roads.

J’ai hâte de voir ce qu’elle a dans le ventre, car lors de ma première excursion, pour une journée circuit, j’ai été bluffé par un gars droit comme un « i » avec lequel je me tirais la bourre tout du long de la journée, c’est quoi son truc ?

Je la découvre gentiment, en partant par la N7 plein sud. Pas trop haute pour mon mètre 68, elle est douce et souple, plus souple que l’ancienne, sans doute le double arbre à came 4 soupapes par cylindre ! De plus sa sonorité a bien changée, elle me fait penser au Rémus que Patrick a sur son GS, ça c’est de la balle !

Assis confortablement, le tableau de bord a toutes les infos… Le rapport engagé, la température ext., la conso etc… Bien, le seul reproche que je lui ferais, c’est le cadran à aiguille du compteur de vitesse, qui n’est pas d’une lecture très rapide, et comme maintenant il faut toujours avoir l’œil rivé là-dessus ! Surtout que le moteur paraît plus rempli qu’avant, et que lorsque tu soudes, ça ne fait pas semblant ! C’est le genre Pulman-TGV, les suspattes, bon d’accord c’étaient celles pilotées ESA, gomme la plupart des aspérités, c’est comme si tu es sur un tapis volant.

Tu choppes les freins, et crac tu t’arrêtes plus tôt que tu le pensais ! Comment ils font ces teutons, alors que si tu es au ralenti la prise de levier est assez déroutante lorsque t’es pas habituée, et qu’à haute vitesse, t’as une con fiance exceptionnelle ! Seul bémol pour moi qui utilise beaucoup le frein AR (nombreuses années d’enduro), je trouve que l’ABS se déclenche trop facilement, mais n’est plus dérangeant si tu freines que du levier, puisque c’est de l’intégral. Une habitude, un pilote de plus de 200 000 kms en GS me dit que ses montures l’ont sorti de bien de carabistouilles, dû au freinage, anti-patinage, grand guidon etc ; c’est un tout !

Je vais chez mon pote boire un café, et dans la cours y’a plein de gravillons, je teste alors l’anti-patinage : surprise, ça patine pas, mais alors, ça coupe les gaz d’une façon drôlement brutale ! Bizarre ce truc là !

PA140002

Une petite pointe s ur l’A5 me permettra de vérifier une protection au vent des plus efficace, un moteur d’une allonge et vivacité impressionnante, et tout ça, avec facilité !

Une baroudeuse au long cours, on comprend pourquoi ils en vendent autant, parce qu’elle est facile, et sait tout faire bien ! j’la met sur la centrale, hyper facile, poids contenu, c’est un sacré outil cette machine !

Là où le bas blesse, c’est de retour à la concession, Bruno me fait un bilan d’une GS neuve avec valises, top-case (où mon modulable ne rentre pas), pack 1 et 2, CAD full options comme celle essayée, et là ça fait mal au portefeuille, et faut l’attendre longtemps en plus ! Plus de 18 000€ plein tarif, c’est le fruit de l’expérience jusque là sans concurrence…

J’ai aimé :              j’ai moins aimé :

Son moteur              Le frein AR

Sa sonorité              L’anti-patinage            

Son confort              Son prix

Sa protection

PA140003